Article santé

1 mai 2019

Le rejet de la marchette!

Accepter l’usage de la marchette c’est accepter sa perte d’autonomie
Dans le processus de vieillissement, les aînés doivent faire face à leur perte d’autonomie. Lorsqu’une personne âgée accepte de l’aide, elle accepte sa perte d’autonomie.

Le refus
Beaucoup de personnes âgées vont continuer de se déplacer avec une canne, même si un médecin leur a prescrit d’utiliser une marchette; par fierté bien entendu!

Les chutes

Une canne n’assure pas un bon équilibre et ne prévient pas les risques de chutes. Pour les personnes âgées qui vivent en résidence, c’est souvent la résidence qui est blâmée pour les chutes. Malgré un environnement adapté en résidence, si certains résidents rejettent l’utilisation de leur marchette les chutes sont inévitables.
Le rôle du personnel en résidence

Le personnel en résidence peut jouer un rôle dans l’importance d’utiliser la marchette en expliquant que cela permet de maintenir leur autonomie plus longtemps.

La marchette et les personnes âgées avec pertes cognitives

Pour les personnes âgées qui souffrent de pertes cognitives comme l’Alzheimer ou la démence, certaines peuvent oublier leur limitation de mobilité et présenter des comportements téméraires qui augmentent les risques de chute. Et bien sûr…oublier qu’ils doivent utiliser leur marchette !!! Il faut alors une résidence adaptée aux personnes âgées avec pertes cognitives avec du personnel formé. Ceux-ci feront des rappels à leurs résidents d’utiliser leur marchette par exemple.

Notre conseil

Enfin, expliquer à une personne âgée en perte de mobilité qu’utiliser la marchette peut maintenir leur autonomie plus longtemps est une bonne approche qui peut porter ses fruits ! Car tout le monde veut demeurer autonome le plus longtemps possible !